Viols et menaces de mort: Ousmane Sonko ou la face cachée d’un mythomane

3 280

Le chef de file du parti Pastef/les Patriotes est dans de sales draps, avec cette plainte déposée contre lui, à la section de recherches de la gendarmerie par une jeune masseuse, pour « viols et menaces de mort ».

Aujourd’hui accablé, Ousmane Sonko que les confrères du quotidien les Echos ont joint au téléphone n’a pas nié les faits qui lui sont reprochés.

Seulement, il s’est limité à rétorquer que « je n’ai reçu aucune notification de plainte dans ce sens ».

Le numéro 1 des « Patriotes » aura donc prêté le flanc après avoir tenté en vain de calomnier, brimer et vilipender le pouvoir.

Une descente aux enfers qui commence pour lui, depuis l’affaire des 94 milliards F Cfa que le doyen des juges vient de classer récemment sans suite.

Ensuite, Sonko avait été mis au défi par le ministre Mansour Faye par rapport à la publication d’un audio lorsqu’il sollicitait une audience auprès du président Macky Sall.

Et c’était pour plaider le dossier Taïbou Ndiaye, ancien directeur du Cadastre qui avait maille à partir avec la justice dans la traque des biens mal acquis.

Au plan politique également, la perte de vitesse d’Ousmane Sonko a maintenu sa courbe depuis la publication des résultats de la présidentielle du 24 février 2019.

Actuellement, sa campagne de collecte de fonds fait l’objet de tous les commentaires au moment où la coalition Jotna qui avait porté sa candidature, commence à voler en éclats. Autant s’attendre à sa mort politique avec cette plainte dont il fait l’objet pour les délits de « viols et menaces de mort »

Comments are closed.