Sonko tape sur la table: « Pape Alé Niang ne sera pas une autre victime de la bêtise… »

38

Les souteneurs se multiplient pour Pape Alé Niang, arrêté puis placé en garde à vue, dimanche pour avoir divulgué un rapport de la gendarmerie considéré « confidentiel ». Une vague de réactions, allant de ses propres confrères aux hommes politiques, notamment ceux de l’opposition. Le dernier à se prononcer : le leader de Pastef, Ousmane Sonko qui avertit de son coté le pouvoir. « Pape Alé Niang ne sera pas une autre victime de la bêtise étatique et de leur volonté de bâillonner toutes les voix discordantes », prévient l’opposant dans un post publié sur sa page facebook.

 

Revenant sur les faits reprochés au journaliste, Ousmane Sonko liste « ce qui serait finalement reproché » à Pape Alé Niang. D’abord, il parle : « d’avoir divulgué un document de la police nationale, pris en prélude à l’audition d’un leader politique et instruisant des mesures sécuritaires; ensuite, d’avoir publié un autre document concernant les sapeurs-pompiers; et pour clore, d’avoir détenu un document volé, estampillé confidentiel. »

Et selon le leader de Pastef, Pape Alé Niang a soutenu avoir vu le document de la police en question « sur Internet, comme tout le monde », et n’avoir « jamais publié le document des sapeurs-pompiers ».

Après des heures de concertation, Ousmane Sonko renseigne que « le pouvoir a finalement abandonné le vrai motif de l’arrestation : le rapport interne de la gendarmerie qui met sens dessus-dessous toute la sphère des comploteurs d’Etat. C’est parce qu’ils en connaissent toutes les implications et ont peur de mettre en exergue ce document explosif. Peine perdue ! Ce document est bien là où il faut. »

Face à cela, Ousmane Sonko dit apporter son « soutien total », car « injustement et illégalement interpellé par la police sur instruction du parquet politique de Macky Sall. »

En conséquence, il exige la « libération du journaliste et une édification plutôt les Sénégalais sur le scandale des achats d’armes et sur vos relations douteuses avec la famille Peretz et ses entreprises. »

Comments are closed.