Réorganisation du pèlerinage à la Mecque : Aïssata Tall Sall veut limiter l’effectif des voyagistes privés

202

La ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Aïssata Tall Sall, a rencontré, hier, au siège de son ministère, les voyagistes privés. Une première prise de contact avec ces derniers, délégués d’une mission de service public, depuis sa nomination à la tête de ce département.

Les discussions ont tourné autour de l’organisation de l’édition 2021 du pèlerinage aux lieux saints de l’Islam. L’année dernière, le pèlerinage à la Mecque avait été annulé en raison de la pandémie de Covid-19. Cette année encore le doute persiste.

« Nous n’avons pas encore, au moment où nous parlons, la confirmation que le Hajj aura bien lieu », a déclaré Aïssata Tall Sall. Toutefois, le ministre dit avoir « bon espoir » que l’édition de cette année aura lieu. Cependant, si elle a lieu, elle sera différente des précédentes éditions en raison de la crise sanitaire, précise-t-elle.

En attendant la confirmation, le Sénégal veut prendre les devants dans la préparation. Cette première rencontre entre Aïssata Tall Sall avec les voyagistes privés du Hajj a été aussi une occasion pour reposer le débat sur la rationalisation des voyagistes privés. Pour le ministre, dans un pays comme le Sénégal, avec un nombre restreint de pèlerins, « 300 voyagistes privés, c’est beaucoup ».

C’est à cause de cette situation, déplore-t-elle, que le Sénégal a connu dans le passé des voyagistes privés qui ont encaissé des billets d’avion sans pour autant respecter leurs engagements. « Nous devons anticiper sur ces problèmes. C’est une question privée entre le voyagiste et le candidat mais l’État ne peut pas être absent », indique-t-elle. Pour éviter des problèmes dans le futur, Aïssata Tall Sall annonce la mise en place d’un « cahier des charges qui va imposer des obligations et des conditions aux voyagistes privés ».

Comments are closed.