Prix présidentiel pour le récital de Coran: Le paradoxe de la précarité des daara et du sacre des pensionnaires

48

Le président de la République a réuni la communauté des Daara ce lundi 28 novembre 2022, au Centre International de Conférence Abdou Diouf (CICAD) de Diamniadio. Une rencontre au cours de laquelle, il a annoncé l’institution d’un Prix du Président de la République pour le Récital du Saint Coran à partir de 2023.

A partir de l’année 2023, il est prévu entre autres actions en faveur des daara, l’institution d’un Prix du Président de la République pour le Récital du Saint Coran. Selon le président Macky Sall, « c’est pour créer une émulation au plan national et aider à une préparation optimale de nos candidats et candidates ». Seulement, il faut relever le retard noté dans le programme tant annoncé portant sur la modernisation des daara au Sénégal. Au niveau de l’enseignement supérieur également, la problématique des débouchés a été longtemps décriée par les diplômés en langue arabe, finalement contraints de rester dans le Maghreb ou les Emirats.

Il faut le dire, car au Sénégal, de jeunes pensionnaires de daara continuent de s’illustrer brillamment depuis quelques années, aux différents concours de récitals de Coran organisés un peu partout dans le monde arabe.

En effet, le président de la République l’a reconnu pour avoir rappelé les performances des jeunes filles et garçons engagés dans les compétitions internationales. « Les performances de nos jeunes filles et garçons dans les compétitions  internationales de la Ummah islamique, doivent davantage nous motiver dans notre  engagement au service de nos daara ».

Dans cet ordre de consécrations, le chef de l’Etat s’est d’ailleurs félicité  des sacres de Ndombor Sène, en 2016 en Malaisie ; Mouhamed Moudjtaba Diallo et Sokhna Mame Diarra Ngom, en 2017 en  Malaisie ;  Sokhna Maïmouna Lô, en 2018 à Dubaï ; Mouhamed Mahi Touré, en 2021 au Maroc.  Et récemment, Sokhna Ndatté Cissé, lauréate du Premier Prix du récital du Saint Coran en octobre dernier à Dubaï.

Comments are closed.