Loi de finances rectificative: Le texte adopté par l’Assemblée nationale

83

L’Assemblée nationale a adopté, hier, le projet de loi de finances rectificative pour l’année 2022. Le budget passe ainsi de 5199 milliards de FCfa à 5556,7 milliards, soit une hausse de 357,7 milliards. Un réajustement budgétaire qui, selon le Ministre des Finances, s’explique par un contexte de double choc qui a poussé le Gouvernement à déployer d’importants efforts.

L’Assemblée nationale a adopté, vendredi, le projet de Loi de finances rectificative (Lfr). Ainsi, de 5199 milliards de FCfa, le budget passe à 5556,7 milliards, soit une hausse de 357,7 milliards. Ce réaménagement est fait dans l’objectif d’intégrer de nouvelles dépenses dans un contexte marqué par la crise russo-ukrainienne, le reconfinement en Chine, l’embargo sur le Mali et la revalorisation salariale de certains agents de l’État. Il prend en compte 300 milliards de FCfa de subventions pour faire face à la flambée des prix de l’énergie, 100 milliards de FCfa pour la revalorisation salariale des enseignants et des agents de la santé. Les nouvelles mesures ont également concerné le doublement de la subvention à 300 milliards de FCfa en lieu et place des 150 milliards de FCfa pour les produits pétroliers. La Lfr prend également en charge les travaux du Projet de développement inclusif et durable de l’agro-business (Pdidas) à hauteur de 2,6 milliards de FCfa, les impactés de la gare de Petersen à travers le projet Bus rapide transit (Brt) et la mise en œuvre des projets de dessalement de l’eau de mer et de Kms3 (pour 2,5 milliards de FCfa), et le financement complémentaire du Fonds d’entretien routier autonome (Fera) pour 13 milliards de FCfa.
L’argentier de l’État évoque d’autres dépenses : l’organisation des élections (5,8 milliards de FCfa), l’achèvement des travaux des Universités Amadou Moctar Mbow, Assane Seck de Ziguinchor et Elhadj Ibrahima Niasse du Sine-Saloum (pour un montant total de 5,3 milliards de FCfa), ainsi que le complément de financement du fonctionnement des universités et des œuvres universitaires pour 9,920 milliards de FCfa. S’agissant du volet assainissement, la Lfr intègre le renforcement des moyens de collecte et de gestion des ordures ménagères pour 10 milliards ; la poursuite du projet d’assainissement de Touba pour quatre milliards ; le Programme d’urgence de modernisation des axes frontaliers (Puma) pour un milliard de FCfa, etc.

Ce réajustement s’impose dans un contexte d’incertitudes, selon le Ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo. « La Lfr est prise dans un contexte particulier d’un choc terrible de la Covid-19 et de la crise ukrainienne. Nous constatons, dans ce contexte, l’augmentation des prix des denrées sur lesquelles le Chef de l’État a décidé de soutenir tous les ménages pour un montant de 157 milliards de FCfa. Le deuxième point concerne la revalorisation des salaires des fonctionnaires pour un montant 120 milliards de FCfa. Avec la crise malienne, le budget a été fortement revu à la hausse. C’est une augmentation énorme en dehors des efforts de mobilisation des recettes que nous avons eu à faire pour près de 67 milliards de FCfa. Ce, malgré la renonciation de beaucoup de droits de douanes », a souligné le Ministre des Finances et du Budget.

leSoleil.sn

 

Comments are closed.