Inélégance politique: Quand l’affaire Ndiaga Diouf devient une arme politique du pouvoir

162

La quintessence du renouveau démocratique réside dans l’adoption d’une Constitution comme moyen de limitation du pouvoir et garantie l’alternance démocratique. Un rappel d’El Hadji Mbaye Niang leader du Mouvement Forces Doxal Ci Deg, membre de la coalition Yewwi Askan Wi.

Susceptible de propulser les États africains sur la voie de la démocratie constitutionnelle, les chefs d’état africains empruntent chaque jour cette trajectoire qui conduit à tripatouiller la constitution et dévoyer le jeu politique afin détruire le cadre social construit pour contenir le pouvoir politique.

Les crises électorales au Sénégal sont liées au rejet de l’alternance démocratique par les partis au pouvoir.

D’ailleurs, c’est dans cette dynamique que le Président Macky Sall poursuit son processus d’instrumentalisation de la justice pour neutraliser ses adversaires politiques.
Le dossier Barthélemy Diaz est purement un complot d’état orchestré pour chiper la volonté des dakarois. Ça ne passe et ça ne passera pas.

Le retour du Pr Ismaila Madior dans l’attelage gouvernemental n’est pas fortuit. C’est juste une nomination d’un maitre tailleur de la justice qui est disposé a renier ceux qu’il avait appris à ses étudiants à l’université. Cette machination idndigne de la justice par ce régime lubrifié de fraudes et de manipulation de tout genre a atteint son paroxysme du désespoir.

Donc ,il est important de respecter la parole donnée qui symbolise les valeurs traditionnelles africaines.
( Ngor ça wakh Dia ga)
Que de Macky Sall sache qu’il est à son dernier mandat.

Nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs.
C’est du français clair.
Monsieur le Président n’écoute pas certains laudateurs .
Respectez votre engagement pour partir avec la tête haute

Ne touche pas à Barth, il est député maire jusqu’à 2027 Inchallah

Elhadji Mbaye Niang
President FORCES DOXAL CI DEG

Comments are closed.