Convergence Afro-arabe: Des exemples de similitudes qui font espérer !

541

« La plus belle personne que j’ai rencontrée en Afrique est moi-même. Je ne pensais ainsi qu’à découvrir à quel point mon obstination va grandir devant la réalité. Je me sens fier de satisfaire ma curiosité de chasser l’injustice où qu’elle se trouve, et en tant que telle, la vérité a révélé tout ce qui est faux et que d’autres jugent précieux. Ainsi, toutes les joies de la vie ont commencé à diminuer à mes yeux. Seule la vérité est restée authentique en moi et continuera de l’être ».

 

C’est par ces mots concis que j’ai commencé mon discours avec la chaîne de télévision de l’Université internationale d’Afrique lorsque le journaliste-présentateur m’a demandé : Quel est le tournant qui a le plus marqué votre personnalité en tant qu’hôte de cette société luxueuse au fin fond de l’Afrique pendant toute une décennie au cours de laquelle vous avez subi des épreuves et que vous n’avez mis en évidence que la vérité ?

Le continent africain est riche de faits que la plupart des médias du monde ne peuvent pas traiter en détail, encore moins en profondeur. Même les témoins des faits et autres actualités qui ne peuvent les mentionner, préfèrent les écrire suivant une ligne éditoriale qui ne dit pas tout. Et c’est cela qui me motive à parler de l’essentiel des faits.

Lors de ma rencontre avec l’un des magnats des médias africains, le Dr Songo, à propos de mon livre intitulé « Les relations Afro-Golfe, une vision de l’avenir pour le 21e siècle » qui a mis en lumière les points de convergence et de divergence les plus importants entre les réalités africaines et arabes . En fait, je vois que les deux réalités s’accordent sur quatre points, à savoir : les nombreuses bases militaires étrangères, le grand nombre de consultants occidentaux, la corruption croissante, outre l’avenir incertain des relations entre pays. En fait, je ne vois aucune différence « substantielle » entre les deux réalités. Bien que les sociétés africaines souffrent du problème profondément enraciné lié à des questions de  « race et d’ethnicité », je ne considère pas que les peuples arabes s’en sortent mieux malgré le fait que la question de race et d’ethnicité n’est pas aussi intense que celle dont j’ai été témoin en Afrique et qui a a aggravé la fracture sociétale qu’il faudra absolument réparer. Il est également vrai que les élites intellectuelles d’Afrique subsaharienne attendent avec impatience d’éliminer cette incertitude quant à l’avenir de leurs pays.

Cependant, il faut être conscient d’un état de fait important comme la vision de ces élites qui diffère de celle de leurs homologues des pays d’Afrique du Nord.
Cela pourrait être attribué à la pensée collective que moi-même et d’autres pensons claire et cohérente en Afrique australe plus qu’au nord.

C’est tellement évident dans les vagues publiques croissantes visant à surmonter ce que ces élites appellent « l’indépendance formelle ». Laquelle a causé une souffrance publique depuis les années 1960 jusqu’à nos jours, et dont ces élites ont largement réussi à faire impacter sur les aspirations et valeurs des peuples.

Quant au côté arabe, la pensée collective arabe n’a pas encore réussi à jeter les bases « réelles » et unifiées pour l’avenir des relations interarabes. Bien que certains se soient efforcés d’identifier les échecs et d’imaginer un moyen d’éviter les obstacles, ces efforts intellectuels des élites arabes n’ont pas payé malgré tout le potentiel disponible. Cela explique l’étendue de l’indifférence et le manque de traitement sérieux d’un certain nombre de questions arabes qui plombent l’avenir de ces relations.

Alors, la question demeure : y a-t-il quelqu’un parmi nous qui croit encore que les réalités africaines et arabes ne peuvent pas converger ?

Par Dr Amina Alarami

Chercheuse émiratie en affaires africaines
afrogulfrelations_21@hotmail.com

Comments are closed.