Arraché à leur affection le 14 janvier 2007 à Paris, le mouvement des forces démocratiques de la Casamance à travers son aile politique, tout comme son aile militaire plus connue son le nom de «Atika», ses proches et ses compagnons vont se souvenir de leur leader charismatique du mouvement séparatiste de la Casamance, feu l’Abbé Diamacoune Senghor.

«Des prières pour magnifier ce 14 éme anniversaire, seront dites à Mangakouro siège du mouvement rebelle sis au quartier Colobane et dans le maquis.

Une importante déclaration va être lue», renseigne nos sources. «Des coups de feu vont tonner un peu partout dans les différents cantonnements des maquisards pour marquer l’événement car, la personnalité de feu Abbé Diamacoune Senghor a marqué notre mouvement», a ajouté nos sources. Né le 4 avril 1928 à Senghalène, à 40 km à l’ouest de Ziguinchor, feu Abbé Diamacoune Senghor pour rappel, est  mort à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris (France) le 13 janvier 2007.

Celui qui était nommé secrétariat général du Mouvement des Forces Démocratiques de la Casamance (MFDC) a, de son vivant, passé cinq ans de prison au Sénégal et une dizaine en résidence surveillée.