Abus d’autorité à la DGID: Le DG Bassirou Samba Niass indexé

133

Dans le dernier remaniement ministériel, Amadou Moustapha Bâ qui est économiste planificateur a été nommé ministre des Finances et du Budget. Il aura entre autres départements en charge, les régies financières, c’est à dire les impôts et domaines, la douane et le trésor. Un poste qui était occupé depuis des années par les inspecteurs des impôts. Mais le plus cocasse c’est qu’ils avaient prévu cette situation en modifiant les textes portant organisation de la DGID de sorte que toutes les nominations s’opèrent dans leur corps.

 

Dans l’arrêté Numéro 10012 du 14 juin 2017 la quasi-totalité des postes de direction et chefs de services est réservée aux inspecteurs et contrôleurs des impôts et domaines et pour n’importe quelle spécialité. « Moustapha Bâ pourra t- il imprimer sa marque à la DGID où il n’aura aucun pouvoir de nomination à condition de changer ces textes partisans indignes d’une administration de mérite » s’interrogent des agents du service.

L’autre chose est que le syndicat SAID qui regroupe en majorité les fiscalistes, notamment les inspecteurs et contrôleurs des impôts, vient d’avoir gain de cause pour la restitution de son assiette foncière de 4 ha sur la bande des filaos, dans la commune de Guédiawaye. Le STAF qui est le syndicat regroupant les non fiscalistes avait dans la même zone, une assiette de 2,4 ha et les procédures de régularisation entamées.

« Mais voilà qu’on l’a informé que les 0,8 ha sont réservés pour l’érection d’un centre de formation » se désole le syndicaliste en chef du SAID qui ne s’est pas limité à dénoncer cette forfaiture. En effet, il est monté au créneau pour réclamer les 1,6 restants. Malheureusement, le directeur général des Impôts et Domaines Bassirou Samba Niass a préféré faire dans l’abus d’autorité pour sanctionner lourdement Dr Alassane Bâ.

Et comme si cette décision arbitraire ne suffisait pas, il l’a muté hors du service des Impôts et Domaines. Une mesure extrême dénoncée par les travailleurs de la DGID car, ils estiment que le droit à l’action syndicale a été piétinée. M. Bâ a ainsi perdu plus de 90% de ses revenus, et le sieur SAÏD Niass, inspecteur des Impôts qui avait opté pour le dialogue, s’est vu notifier la suppression de la couverture médicale du syndicaliste.

Comments are closed.